11 novembre 2009

Lait noir d'Elif Shafak

2541

Dès les premières pages de son livre, Elif Shafak avertit son lecteur en ces termes : « Ce livre a été écrit pour être oublié sitôt lu ». Et c’est bien ce que je compte faire, mais pas pour les raisons évoquées par Elif Shafak. Tout au long de son essai, l’auteur nous fait par de son expérience personnelle de la maternité en partant du postulat suivant : écriture et maternité ne sont pas compatibles, et ce depuis la nuit des temps. Elle retrace son long cheminement personnel, ses années de questionnement en tant qu’écrivain et en tant que femme qui décide finalement de devenir mère. Puis, viennent le récit de la grossesse et de la dépression post-natale. Durant ces différentes étapes, l’auteur subit autant qu’elle se laisse guider par ses voix intérieures, remparts de son inconscient et expression de désirs contradictoires. Il y Miss Cynique Intello, Miss Satin Volupté, Maman Gâteau, Miss Ego Ambition, Dame Derviche et Miss Intelligence Pratique, six petits bouts de femme qui viennent torturer la narratrice, laquelle finit par trouver semble-t-il un semblant d’équilibre entre sa vie de mère et sa vie d’intellectuelle.

Pourquoi je n’ai pas aimé ce livre ? Tout d’abord à cause du sujet même de ce texte, qui a eut tendance à m’agacer. Ensuite, à cause du style de la construction de ce texte : les interminables circonvolutions de la narratrice avec ses voix intérieures m’ont ennuyée au plus haut point. Sans compter cette tendance au pathos et à la dramatisation de certains évènements. Et enfin, le fait que le récit soit émaillé de références littéraires à d’autres femmes écrivains ayant une relation problématique à la maternité (Sylvia Plath, Doris Lessing, Simone de Beauvoir), tout ceci aurait pu être intéressant à condition de dépasser certains clichés un peu faciles. Je pense que ce livre peut intéresser certaines lectrices ayant rencontré le syndrome de dépression post-natale ou s’interrogeant sur les zones obscures de la maternité, pour ma part j’ai trouvé ce livre assez creux, narcissique et surtout très bavard. A oublier donc!

Lu dans le cadre du Prix des Lectrices ELLE 595131972

Posté par Snowball à 11:54 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Lait noir d'Elif Shafak

    je le lirai pas celui-ci !!

    Posté par Anneso, 11 novembre 2009 à 12:02 | | Répondre
  • je t'ai taggée

    Posté par Anneso, 12 novembre 2009 à 09:57 | | Répondre
  • Oups, mon premier tag! Je réponds dès que possible, mon blog tourne un peu à vide en ce moment par manque de temps, j'espère y remédier assez vite!

    Posté par Snowball, 21 novembre 2009 à 11:17 | | Répondre
Nouveau commentaire