26 mars 2011

Autoportrait de l'auteur en coureur de fond de Haruki Murakami

autoportrait_de_lauteur_en_coureur_de_fondGrande lectrice de Haruki Murakami, j'avoue ne pas avoir été emballée à première vue par la publication de cette autobiographie déguisée axée sur les pratiques sportives de l'auteur. C'est une erreur car ce texte est magnifique à sa façon, comme tous les romans de Haruki Murakami.

On y apprend tout d'abord comment Murakami a décidé un beau jour d'avril 1978, de revendre son club de jazz, affaire pourtant prospère pour se consacrer à l'écriture après avoir obtenu un prix littéraire. Loin d'être une action irréfléchie, cet acte vient sceller le destin de l'uteur qui se consacrera désormais à sa passion solitaire, celle d'écrire mais aussi de pouvoir vivre de cette activité. S'impose alors pour l'auteur et sa femme un constat, celui de la possibilité de vivre une existence équilibrée loin des contraintes d'une vie nocturne et éprouvante. Sommeil, solitude, sport, tels seront les nouvelles exigences. Et l'auteur nous fait ainsi partager sa passion pour la course de fond sous toutes ses forme: entraînements, marathons, triathlons. Pourtant, cette évocation n'est que prétexte à des révélations plus profondes sur la personnalité de l'auteur et sur ses pratiques d'écriture, ainsi que sur son étonnante manière de considérer la vie.

Cet ouvrage se lit d'une traite, et l'on découvre au hasard des pages un auteur aussi brillant que modeste, ce qui est assez rare pour être souligné. Sans complaisance aucune, l'auteur se livre tout en pudeur et en délicatesse en choisissant par exemple de taire des aspects trop intimes de sa vie. Il dresse un tableau de ses activités de sportif amateur et d'écrivain ou comment les deux activités viennent s'imbriquer pour mieux se définir et s'approfondir l'une et l'autre.

Ce livre est riche d'enseignments, et dépasse très largement les domaines du sport et de l'écriture, même si ces deux thèmes de base reviennent sans cesse. L'auteur justifie d'ailleurs ce projet de la façon suivante: Pour moi, et pour ce livre, ce sera une sorte de conclusion (...). Ce sera une conclusion modeste, comme des chaussures de sport pour un temps pluvieux. Une conclusion que l'on qualifiera peut-être de décevante. Si c'était un scénario, les producteurs de Hollywood jetteraient à peine un coup d'oeil sur la dernière page avant de le mettre de côté. Mais, finalement, ce genre de conclusion convient à ce que je suis. En effet: je n'ai pas commencé à courir parce que qualqu'un me l'avait demandé. De même que je ne suis pas devenu romancier parce qu'on me l'avait demandé. Un jour, soudain, j'ai eu envie d'écrire un roman. Et un jour j'ai eu envie de m'élancer sur la route. Simplement parce que j'en avais envie. Depuis toujours, j'agis selon mes désirs profonds. On a beau vouloir m'arrêter ou me persuader que je me trompe, je ne dévie pas. C'est avec beaucop de sérénité que l'on referme ce livre simple et touchant, empli d'humour et d'émotions. Un très beau moment de lecture.

in_the_mood_for_japan

Posté par Snowball à 15:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Autoportrait de l'auteur en coureur de fond de Haruki Murakami

    Bonjour Snowball, c'est suite à un billet comme le tien que je viens d'acheter ce récit que j'ai commencé ce matin. Ca a l'air en effet assez enlevé et facile à lire. Bonne journée.

    Posté par dasola, 11 avril 2011 à 16:45 | | Répondre
Nouveau commentaire