29 avril 2011

Lectures de vacances

Deux semaines de vacances et de lectures interrompues, que de bonheur et de belles découvertes (quelques déceptions aussi!). Mes impressions:

La_gifle_Christos_Tsiolkas_191x300Une petite déception à la lecture de ce livre dont j'avais pourtant lu de nombreuses éloges sur la toile. L'histoire d'un barbecue qui tourne mal lorsqu'un adulte excédé frappe un petit garçon qui n'est pas le sien. Un incident qui secoue un groupe d'amis en apparence soudés mais qui en fait cachent des secrets inavouables et peu glorieux.

Pourquoi je n'ai pas accroché? Tout simplement parce que ce roman manque singulièrement de rythme et d'intérêt. L'histoire peine à démarrer, et lorsque enfin la fameuse "gifle" est donnée à un enfant des plus exécrables, on a presque envie de saluer le geste (même si le débat actuel ne va pas du tout dans ce sens, c'est vrai!). Au-delà de ça, les personnages manquent de consistance, on assiste à une surenchère dans la description piteuse de leurs vices: drogues, alcool, sexe, mesquineries... Chacun des protagonistes "étale" sa misérable et pitoyable existence au cours d'interminables chapitres au cours desquels il ne se passe rien. Vite lu, vite oublié!

9782070419982Très bonne lecture en revanche avec ce livre intitulé "Au bon roman", l'histoire d'une belle rencontre entre une femme fortunée et un libraire qui décident ensemble de concrétiser un projet fou: monter LA librairie idéale qui ne comporterait que des livres dignes d'intérêt. Un projet me direz-vous, qui en fait rêver plus d'un, moi y compris. Une histoire bien menée, bourré d'humour et de réflexion et qui est venue mettre en danger ma PAL, car en plus d'être très intéressant, ce livre nous donne plein d'idées de lectures sur les coups de coeur de ces dernières années.

Après avoir dévoré ce beau roman, j'ai eu envie de découvrir quelques auteurs cotés par Laurence Cossé, et plus particulièrement David Foenkinos cité à de nombreuses reprises et dont j'avais déjà entendu parler sans jamais l'avoir lu.

 

9782070440252

Une très belle histoire d'amour, tout en délicatesse, si je puis dire. Et pourtant, je suis assez blasée en la matière pour ne plus trop apprécier l'exercice de style. Là je dois reconnaître que j'ai été touchée par l'histoire de François et de Nathalie, pleine de fraîcheur et de finesse tant dans l'analyse des sentiments que dans l'explosion tragique qui vient désunir ce couple. Nulle tromperie ou trahison, mais une mort impromptue et glaçante qui laisse la jeune femme comme orpheline de la vie. Là encore on ne bascule pas dans les clichés du genre qui voudraient que l'on suive la reconstruction progressive d'une jeune femme éplorée, mais on reste dans la justesse des sentiments.

C'est cette justesse qui m'a séduite et j'ai dévoré ce court roman, qui a pour mérite de rester à la fois simple et touchant, profond et très fin. Une lecture qui m'a donné envie de lire un second livre de David Foenkinos que j'ai trouvé chez mon libraire et qui a été publié quelques années avant La délicatesse, au titre très suggestif Le potentiel érotique de ma femme.FOENKINOS

Il s'agit encore une fois d'une histoire assez touchante et pour le moins original: Hector, un homme ni beau ni charmant souffre de compulsions. Il collectionne des objets ou situations étranges jusqu'au jour où il décide de vivre sa vie plutôt que de la consacrer à ses monomanies. C'est alors qu'il rencontre la femme de sa vie, belle, douce et intelligente. Tout irait pour le mieux si un jour il ne rendait pas compte que sa femme est devenue le nouvel objet de son trouble penchant: il aime collectionner les moments follement "érotiques" qu'elle incarne et plus particulièrement lorsqu'elle réalise un acte en apparence anodin, celui de nettoyer les vitres. Dès lors, Hector n'a d'autres choix que de provoquer des lavages intempestifs afin de satisfaire sa curieuse obsession.

Un court roman très drôle et rempli de références amusantes. Pourtant, j'ai trouvé qu'il y avait un peu trop de surenchère de la part de l'auteur si bien que j'ai fini par être un peu agacée. J'ai donc préféré La délicatesse même si cette lecture était aussi agréable et distrayante sans égaler la profondeur que j'avais trouvée auparavant.

couv_madman_bovaryOn reste dans la thématique des monomanies un peu spéciales, puisque j'en confesse une, je suis une inconditionnelle des réécritures flaubertiennes, plus particulièrement celles de Madame Bovary (elles sont d'ailleurs assez nombreuses).

Claro semble partager cette obsession en proposant ici une exploration inédite et intime des thématiques flaubertiennes qui viennent hanter un narrateur en pleine rupture amoureuse. De Emma à Homais en passant par Charles, Berthe ou encore Félicité et les divers protagonistes du sulfureux Salammbô, Claro nous livre un récit puissant et halluciné articulé autour de leitmotiv obsédants: le pied-bot d'Hippolyte, la casquette de Charles, l'empoisonnement d'Emma... Le texte tourne et retourne en boucle au service d'une narration fantomatique et hallucinatoire. Un vrai régal pour les amateurs du genre.

 

D'autres lectures un peu plus tard, les vacances ne sont heureusement pas encore finies!

 

Posté par Snowball à 13:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Lectures de vacances

    "La délicatesse" fait partie de mes prochaines lectures, j'ai vraiment hâte de le lire!

    Posté par lasardine, 29 avril 2011 à 19:05 | | Répondre
  • Je suis sûre que j'adorerais "au bon roman" et "la délicatesse"!

    Posté par Fleur, 30 avril 2011 à 13:25 | | Répondre
Nouveau commentaire