17 avril 2011

Naufrages de Akira Yoshimura

imagesCAKGMXPSAprès avoir tant apprécié La jeune fille suppliciée sur une étagère que je vous ai présenté hier, je crois que Naufragesest le texte que j'ai préféré de Akira Yoshimura puisque depuis j'ai pu lire un autre de ses romans (en attendant de prochaines parutions en poche afin de ménager mon budget!).

Ce court roman initiatique se déroule dans le Japon primitif et nous est raconté du point de vue d'un jeune garçon prénommé Isaku qui vit dans un petit village avec sa mère, son petit frère et ses deux petites soeurs. C'est un village de pêcheurs, où l'on vit chichement puisque le père, à l'instar de nombreux villageois a été contraint de se vendre au bourg voisin pour subvenir aux besoins de sa famille. En attendant, Isaku, devenu chef de famille tente d'aider sa mère en pêchant et en effectuant divers petits travaux. Pourtant ce village abrite un secret inavouable, partagé depuis des générations. Pour survivre, les habitants se livrent pendant une partie de l'année à ce qu'ils nomment la "cuisson du sel", procédé qui consistent à faire brûler du sel sur la plage afin d'attirer des bateaux qui venant se briser sur les rochers après avoir été trompé par les feux, permettront de faire vivre le village. Pour cela, il faut tuer les marins qui survivent à la tempête et dissimuler toutes traces des pillages. Pour Isaku, ce secret reste obscur car le dernier bateau qui s'est échoué sur la plage est apparu lorsqu'il avait quatre ans, mais devenant à présent responsable de la précieuse cuisson du sel il se met à redouter autant qu'à espérer le naufrage d'un bateau.

J'ai aimé ce récit à la fois fort et désespéré, sublime et dépaysant par son sujet et sa portée philosophique. Mêlant descriptions des activités quotidiennes et des saisons, l'auteur nous permet de connaître un passé oublié, celui où un bol de riz reste un luxe, celui où famine et désespoir sont omniprésents. On ne verse jamais dans le pathos, bien au contraire, on partage le récit d'une survie digne et bien organisée d'existances rythmées par des légendes et des traditions. On partage l'angoisse des hivers misérables cependant emplis par l'espoir des naufrages tant espérés. Et l'on frémit à l'approche du bateau tant attendu. Doté d'un incroyable dénouement, ce court texte arrache les larmes autant qu'il touche à jamais. Un véritable petit bijou.

in_the_mood_for_japan

 

Posté par Snowball à 14:45 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


Commentaires sur Naufrages de Akira Yoshimura

    La littérature asiatique me tente rarement mais je dois dire être intriguée par ce billet et cette ambiance. A tenter...

    Posté par zarline, 19 avril 2011 à 16:59 | | Répondre
  • C'est le dernier que j'ai lu de lui et je l'ai beaucoup apprécié !
    http://legrenierdechoco.over-blog.com/article-naufrages-akira-yoshimura-66306171.html

    As-tu lu "un été en vêtement de deuil" ? une petite nouvelle qui était offerte par Actes sud.

    Posté par Choco, 23 avril 2011 à 14:30 | | Répondre
  • Zarline: je te recommande vivement cet auteur qui est une véritable découverte pour moi!

    Choco: je n'ai pas lu cette nouvelle mais j'en ai entendu parler. Hélas, j'ai raté cette offre d'Actes sud et mainteant le livre est devenu collector et hors de prix sur la toile. Snif!

    Posté par Snowball, 28 avril 2011 à 16:47 | | Répondre
  • Ah bon ?? des petits malins s'amusent à faire monter les enchères ??! Ridicule !
    En tout cas, je vais te rendre heureuse : envoie-moi ton adresse

    Posté par Choco, 28 avril 2011 à 16:55 | | Répondre
  • C'est fait! Mais là tu fais plus que me rendre heurese car cela fait des mois que je traque ce petit inédit!

    Posté par Snowball, 29 avril 2011 à 14:37 | | Répondre
Nouveau commentaire